04 octobre 2010

La Proximité de la mer

Jorge Luis Borges La Proximité de la mer, anthologie de 99 poèmes, éditée, préfacée et traduite par Jacques Ancet Gallimard, 2010 — Collection "Du Monde entier". Composé et traduit avant tout pour le plaisir, ce livre a fini par devenir, à mon corps plus ou moins défendant, une anthologie. Mais une anthologie purement subjective en ce qu’elle n’a pas la prétention de donner un aperçu vraiment représentatif de toute la poésie de Borges. J’y ai un peu boudé, par exemple, les compositions patriotiques ou historiques... [Lire la suite]
Posté par jacquestecna à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 décembre 2009

Enigme de l'air

Lecture par l'auteur d' Enigme de l'air, texte accompagné de photographies et monotypes d'Yves Picquet.
Posté par jacquestecna à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 décembre 2009

Chambre 108 - entretien à Nantes, 21 mars 2007

Ce site compile des entretiens avec des poètes, essentiellement francophones.Chaque mois, depuis, 2004, Alternantes reçoit dans le chambre 108 de l'hôtel Pommeraye, un auteur invité par la Maison de la Poésie de Nantes.Chambre 108, le site, a débuté avec 35 émissions et s'accroît chaque mois.La liste des entretiens figure dans le player, c'est le casque. http://www.chambre108.net <!-- /* Font Definitions */ @font-face ... [Lire la suite]
Posté par jacquestecna à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 décembre 2009

Ode au recommencement

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:Arial; panose-1:0 2 11 6 4 2 2 2 2 2; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Courier... [Lire la suite]
Posté par jacquestecna à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2009

L'identité obscure

Le Prix Apollinaire 2009 a été décerné  à L'identité obscure voir le site "Prix Littéraires" chant XII Tu te dis qu’il faut se dépêcher, qu’il faut garderce qui peut l’être encore, un après-midi de marspar exemple, avec un ciel gris et des primevères,un marché, peut-être aussi, comme il y a longtemps ,la lumière, les cris, les odeurs et ce silenceoù tout soudain s’arrête sans pourtant s’arrêter,mais tu vois chaque visage, chaque geste figédans l’éclat d’un instant suspendu, une explosionimmobile qu’on entend... [Lire la suite]
Posté par jacquestecna à 15:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
15 novembre 2009

Le silence des chiens,

VIENT DE PARAÎTRE   Le Silence des chiens, publie.net. Une réédition numérique d'un livre depuis longtemps épuisé.   ... la cellule est encore claire, quelle heure est‑il, n'y pense pas, il n'y a pas de temps, respire, le pré­sent seul, cette souffrance, comme une mer, flux, reflux, laisse, laisse‑les, passer, respire, regarde, autour de toi, un mur, deux murs, trois murs, la porte de fer, la serrure, le plafond, le sol où tu es couchée, les aspérités du béton et là, près de tes doigts, la mouche,... [Lire la suite]
Posté par jacquestecna à 15:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 novembre 2009

Image et récit de l'arbre et des saisons

IMAGE ET RÉCIT DE L'ARBRE ET DES SAISONS André Dimanche éditeur, 2001 I Dans l'image, le temps passe mais sans passer: les heures se succèdent, les nuances de lumière et d'ombre, les soirs et les matins. Le regard, lui, reste le même, posé sur le rectangle de la fenêtre, y cherchant sans doute ce qu'il ne cesse d'ignorer. D'un jour sur l'autre, la floraison de l'arbre est im¬perceptible. Il arrive pourtant que les yeux sentent une sorte de grésillement silencieux et l'extrémité des branches se crible d'une blancheur surgie... [Lire la suite]
Posté par jacquestecna à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 novembre 2009

Quevedo: sonnets amoureux

ON ENSEIGNE COMMENT TOUTES LES CHOSESNOUS AVISENT DE LA MORT J'ai regardé les murs de ma patrie,un temps puissants, déjà démantelés,par la course de l'âge exténuésqui voue enfin leur vaillance à l'oubli ; je sortis dans les champs, le soleil vis qui buvait l'eau des glaces déliées,et dans les monts les troupeaux désolés,le clair du jour par leurs ombres ravi. J'entrai dans ma maison, je ne vis plusque les débris d'un séjour bien trop vieux ;et mon bâton plus courbé et moins fort. J'ai senti l'âge et mon épée vaincue,et n'ai trouvé... [Lire la suite]
Posté par jacquestecna à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 novembre 2009

Le Dénouement

Pleine Page éditeur, 2001 Et sur la montagne rien               Jean de la Croix   Mercredi 8 novembre     La montagne. Elle montait et m'écrasait. J'ai vu son noir : j'ai crié. Ouvrant les yeux, où étais-je — et qui ? Ces mots, je les écris pour fuir ce cauchemar.  Mais de ma vie, comment sortir ?Jeudi 9 novembre    J'habite seul. C. est morte, il y a un an. J'ai cru que je ne lui survivrais pas. Et pourtant je suis là. Je me souviens des... [Lire la suite]
Posté par jacquestecna à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juillet 2009

Journal de l'air

Arfuyen, 2008 C’est là comme une flamme sans flamme        le feu frais partout présent avec        le piquet la blancheur tournoyante        la montagne et le bleu confondus        dans la même vapeur avec l’air        où vont les yeux ou est-ce les yeux        que traverse l’air le corps se lève        l’espace s’ouvre comme une extase ... [Lire la suite]
Posté par jacquestecna à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :